Libellés

Who's in da house ?

dimanche 4 mai 2008

[Société] La dictature de la tolérance

Il est assez rigolo de voir ces deux mots placés côte à côte. Et pourtant, aujourd'hui, en 2008, dans nos pays occidentaux dont on vante sans cesse le degré de civilisation, nous sommes encore sous l'influence de certaines dictatures. Il y a par exemple la dictature communautariste qui empêche quiconque de faire des blagues sur les Juifs, unique peuple au monde à avoir souffert dans l'Histoire, sous peine de finir au tribunal, un peu comme Dieudonné (qui a dit tout haut ce que beaucoup pensaient tout bas, et qui est, certes, un peu parti en sucettes par la suite, notez c'est peut-être suite aux agressions physiques qu'il a subies !) pour antisémitisme. Oui, pour les Juifs, ce n'est pas de la xénophobie, c'est de l'antisémitisme. Après il vaut mieux également éviter de prononcer les mots "tapette", "pédale" un peu à l'emporte-pièce parce que sinon nos amis homosexuels vont se sentir investis d'une mission quasi-divine et se mettront à hurler à l'homophobie.
Bien évidemment ne rions pas trop de nos amis musulmans, c'est trop politiquement incorrect, faudrait pas qu'on risque des représailles de la part de leur population la plus extrémiste, alors à la place on va rire des chrétiens, eux on peut se le permettre, ils vont fermer leur gueule et ils vont pas nous poursuivre en justice si une jeune fille appelle son nounours ou son chat "Jésus".

C'est Desproges qui doit se retourner dans sa tombe. S'il perpétuait ses sketches aujourd'hui, il finirait très certainement avec plusieurs milliers d'euro d'amende, et des membres en moins.
Elle est belle, la liberté d'expression, ne trouvez-vous pas ?

Outre la dictature des communautés, il y a, cliché mais vrai, la dictature des médias. Dictature qui pousse tout individu un peu moyen à souhaiter la possession de produits dont il n'a strictement pas besoin. Ne parlons même pas de l'image de la femme qui est véhiculée à l'écran, une image d'objet sexuel qui se vend à merveille, par ailleurs. Que ce soit pour une publicité pour bébé, pour Whiskas, pour une paire de lunettes, il faut une bonnasse. Grande, mince voire anorexique. On choisira les anorexiques à corps enfantin et rasé de partout pour les publicités sur les gels douche, afin de ne pas heurter les bonnes gens en montrant une paire de seins dignes d'un Hentai. Et du coup, c'est normal de voir des seins, des fesses, des grandes lèvres rasées, dans une publicité pour Coca Cola, Nivea Visage ou Head & Shoulders. Par contre, lorsqu'une autre publicité cherche à dénoncer cette sexualité féminine qu'on nous jette en pleine figure, en nous montrant un appareil génital masculin, là c'est choc, censuré, scandaleux.

Mais ne nous attardons pas des heures là-dessus, en ce qui me concerne je m'en fiche, je ne côtoie pas ou en tout cas plus d'individus me percevant comme un trou (et c'est dans des moments pareils que je suis heureuse de ne pas être d'une éclatante beauté, ça me permet de me faire apprécier pour d'autres aspects de mon moi-même) et surtout je ne fais pas de publicité donc je n'ai pas à me préoccuper de savoir si un bouseux s'est branlé en voyant ma fesse gauche à la télévision dans une pub Pampers.

La dictature de la tolérance, disions-nous donc. Oui. Pour faire bref, qu'est-ce que la tolérance ?
Sens 1 : Fait de respecter la liberté, les opinions, l'attitude etc. d'autrui.
Sens 2 : Ecart admis par rapport à une norme.
Sens 3 : Aptitude, capacité de l'organisme à supporter une substance.

Je vais me limiter au sens premier en commençant par dire que toutes les attitudes, toutes les opinions ne se valent pas et ne sont pas respectables. Une attitude, une opinion, vaut ce qu'elle vaut. Elle peut très bien n'avoir strictement aucun intérêt. Ce n'est pas parce que l'on est en pleine émergence de la subjectivité que l'on doit penser que toutes les idées sont égales, elles ne le sont pas.

Je peux accepter l'existence d'une idée et d'une opinion sans pour autant être d'accord et sans éprouver du respect envers celle-ci. Ca semble évident à beaucoup de monde et pourtant ça ne l'est pas tant que ça.

Prenons par exemple ce fait divers, la femme transsexuelle enceinte. Alors oui, à mes yeux c'est une femme. Elle a beau prendre des hormones et ne plus avoir de nichons, et être persuadée dans sa tête qu'elle est née dans le mauvais corps, ça reste une femme. D'ailleurs elle a conservé son utérus.
Bref, à titre personnel, je n'approuve pas cette grossesse et je ne développerai pas ici le pourquoi (je préciserai juste que cela n'a rien à voir avec ma spiritualité, j'ai toujours été très intolérante envers le "droit à l'enfant"). Le fait est que mon désaccord (entendons ici le fait que j'émette une idée contraire aux autres et non pas que je prenne les armes pour aller tuer cette femme) entraîne des réactions cataclysmiques : "intolérante", "fermée d'esprit", "au moins le gosse aura une meilleure ouverture que toi" etc.

Depuis quand est-on obligé, au nom de la tolérance, de brimer la liberté d'expression et d'opinion d'autrui ? Depuis quand suis-je obligée soit d'approuver, soit de fermer ma gueule au sujet d'idées telles que l'adoption mono et homo-parentale, l'avortement en guise de contraceptif, la connerie des vegans militants, les abrutis qui sont persuadés que la vraie laïcité serait de changer le nom des jours de congé et réinventer notre culture ?
N'ai-je pas le droit de trouver certaines conceptions profondément stupides sans pour autant être vue comme une folle furieuse homophobe, islamophobe, antisémite, prête à tuer pour défendre ses idées ?

Non, là j'ai envie de dire que je vous emmerde tous profondément si tel est votre point de vue, et que c'est mon droit le plus strict, tout comme c'est votre droit de me traiter d'irrespectueuse, d'intolérante et tout le toutim.
Toutefois, si c'est ainsi que vous agissez, ce que je retiendrai de ces quelques années d'accumulation de qualificatifs divers, c'est que - et je trouve ça vachement ironique - les plus intolérants de tous sont bien ceux qui hurlent le plus à l'intolérance.

Le couillon couillonné comme on dit.


And that's all folks.

4 commentaires:

Ju a dit…

Enfin un article qu'a des couilles (si j'ose dire).

Anonyme a dit…

Peut être réalises tu simplement que tes idées sont minoritaires dans ton entourage. Il est dès lors évident que tu doives user de plus de persuasion et hausser un peu le ton pour te faire entendre. Quant aux remarques de tes amis sur ta supposée fermeture d'esprit ou sur ton attitude rétrograde, dis toi qu'il est plus facile, voire systématique de stigmatiser celui qui se trouve en minorité pour se conforter dans sa position dominante.

Pour les idées, je suis d'accord avec toi pour dire qu'elles ne se valent pas... mais le jugement de valeur reste purement subjectif. Libre à toi de penser que les homos ne devraient pas adopter mais ne t'étonne pas de devoir défendre tes idées qui est le principe même du débat.

Imposer une idée que l'on croit la meilleure est de toute façon un diktat, même en démocratie qui n'est finalement qu'une dictature de la majorité. Dois-je comprendre que tu préconises un retour à une dictature éclairée, au pouvoir de quelques élites éduquées et pieuses contre la volonté d'un peuple ignorant?

Cath a dit…

En ce qui concerne l'adoption homoparentale je suis nuancée mais là n'était pas le sujet, en tout cas certes je n'applaudis pas des deux pieds la banalisation de la chose !

"Dois-je comprendre que tu préconises un retour à une dictature éclairée, au pouvoir de quelques élites éduquées et pieuses contre la volonté d'un peuple ignorant?"

Il y a des moments ou je fantasme sur ce genre de choses en effet (enfin pas le côté pieux, je suis pour la laïcité bien que pas pour la suppression de notre culture judéo chrétienne pour autant) parce que la masse ignorante comme tu dis me désole bien souvent. Je pense qu'en trop grand groupe, les hommes prennent des décisions idiotes.

Mais je pense qu'une poignée d'hommes ne peut prendre de manière juste des décisions pour tous les autres non plus.

Donc je réponds non à ta question, il n'y a pas de système parfait, et celui dans lequel on vit est probablement le moins foireux.
Après je pense qu'il est bon que ce peuple ignorant soit éduqué, c'est ça la base de la vie en société, et ça ne pourra qu'entraîner des améliorations dans les sphères plus politiques.

Anonyme a dit…

je dirai pas mieux vu que je suis d'accord sur tout!^^